top of page

Les héros ne meurent pas - une soirée à la mémoire des victimes d'assassinats politiques - 27 février 2024


Hier, 27 février, le pont Rathausbrücke de Zurich a accueilli une soirée de commémoration des victimes d'assassinats politiques. Nous remercions tous ceux qui sont venus et empêchons ainsi le régime de Poutine d'effacer la mémoire des vrais combattants de la liberté.


Nous nous sommes souvenus des paroles de Boris Nemtsov sur la guerre, qu'il avait prononcées lors de la Marche Pour la Paix il y a 10 ans. Nous avons lu une des lettres d'Alexei Navalny écrites en prison. Leurs paroles et leurs appels ne perdent pas leur pertinence, car les autorités russes n'ont pas changé depuis de nombreuses années, pas plus que les moyens de traiter les dissidents - le meurtre ou la prison.



L'un des noms qui a été évoqué hier est celui de Natalia Estemirova. Journaliste et employée du Centre des droits de l'homme Memorial à Grozny, elle a recueilli des informations pendant et après la guerre, lutté contre la falsification des affaires criminelles et contre la pratique de la torture et des exécutions extrajudiciaires. Elle a été enlevée en Tchétchénie et tuée en 2009.


Puis, en 2009, Oleg Orlov, président du Conseil du Centre des droits de l'homme Memorial, a attribué la responsabilité politique du meurtre d'Estemirova à Ramzan Kadyrov. "Ramzan avait déjà menacé Natalya, l'avait insultée et la considérait comme son ennemie personnelle. Nous ne savons pas s'il a donné l'ordre lui-même ou si ses plus proches collaborateurs l'ont fait pour plaire à leur supérieur. Et le président Medvedev est apparemment satisfait de voir le meurtrier à la tête de l'un des pays de la Fédération de Russie", a déclaré M. Orlov.


Hier, Oleg Orlov, âgé de 70 ans, a été condamné à 2,5 ans de prison pour un article qu'il avait écrit et a été placé en garde à vue dans la salle d'audience.


Voici ce qu'Orlov a dit dans son dernier mot :


Navalny a dit "n'abandonnez pas", et j'ajouterai "ne perdez pas courage et ne perdez pas votre optimisme". La vérité est de notre côté. Ils représentent le vieux, le décrépit, le dépassé. Ils n'ont pas d'image de l'avenir, seulement une fausse image de la grandeur impériale passée. Nous avons l'image de l'avenir derrière nous, et ceci est notre victoire".


Le régime peut tuer ses opposants. Mais les héros ne meurent pas. Leurs idées ne meurent pas. Elles vivent dans des millions de cœurs et nous guident vers l'avenir.



4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page